lundi 12 juillet 2010

ÉPIDÉMIE DE PUCES?

LA PUCE ÉLECTRONIQUE AU FESTIVAL D'ÉTÉ DE QUÉBEC!!!














Le système de bracelets à puce électronique a été utilisé pour la première fois cette année (au Festival d'été de Québec) pour contrer les doubles utilisations et limiter la fraude.

Les autorités commencent à entraîner les gens à porter ce nouveau bling bling. Une mode qui vous coûtera votre confidentialité, liberté, droits privés, et peu après, votre raison. Tellement pratique, tout le monde en voudra, j'espère que non ! Ensuite, des actes de vols de bracelets programmés. Horreur, il faut une solution... L'injecter sous la peau. Bingo !

UN BRACELET À PUCE ÉLECTRONIQUE AU FESTIVAL DE QUÉBEC!
Par Marie-Josée Nantelpour le « Le Soleil »
(Québec)

L'entrée sur le site des plaines d'Abraham était très fluide jeudi soir, pour le spectacle d'ouverture du Festival d'été de Québec (FEQ), même si, par mesure de sécurité, le site ne compte qu'une seule entrée cette année, à la Croix du Sacrifice, près de la porte Saint-Louis.
Jusqu'au début du spectacle à 21h, il n'y avait pas d'attente, a constaté Le Soleil. Sur une possibilité de 20 postes de contrôle, neuf étaient en fonction et affichaient des lumières vertes par milliers, signe que les bracelets étaient valides. L'an dernier, le site était accessible par six postes de moins, mais avec deux entrées.
«Ça se passe très bien, car nous nous sommes ajustés au rythme de la soirée», a souligné la directrice des communications du FEQ, Lucie Tremblay, pour justifier le nombre de postes opérationnels. «Les gens sont compréhensifs et coopératifs», a-t-elle ajouté, avant de mentionner que le spectacle très attendu des "Black Eyed Peas" sera le test ultime.

Le nouveau système de bracelets à puce électronique aussi a très bien fonctionné. Utilisée pour la première fois cette année pour contrer les doubles utilisations, la technologie a charmé les festivaliers.
«Ça va sûrement réduire les fraudes. Alors, ça veut dire plus de sous pour le festival et une meilleure programmation l'an prochain», s'est exclamée Caroline Drolet, une festivalière de Québec.

Gourdes confisquées
Mais tout n'était pas parfait à l'entrée, jeudi soir. Des centaines de personnes se sont vu confisquer leurs gourdes d'eau en plastique rigide par erreur, de 18h à 20h15. Seules les bouteilles en plastique mou étaient tolérées, alors que même les gourdes dures auraient dû être acceptées pour un spectacle grand public comme celui de jeudi.

«C'est une erreur de communication entre le Festival et la sécurité, a affirmé Mme Tremblay, une fois la situation corrigée. Mais les gourdes dures sont interdites pour les spectacles rock», a-t-elle tenu à préciser. Ce sera le cas vendredi soir, lors du spectacle d'Iron Maiden. Les malheureux qui ont dû jeter leur gourde, dont le prix varie entre 5 et 15 $, étaient très mécontents en raison de la chaleur de la soirée.
Bracelets égarés

À quelques heures de l'ouverture du Festival d'été de Québec, jeudi, environ 130 personnes n'avaient pas encore reçu par la poste leur bracelet, alors qu'elles avaient été parmi les premières à l'avoir acheté sur Internet.
«La plupart du temps, il s'agit d'une erreur de Postes Canada parce que les adresses étaient bonnes», a fait savoir Martin Enault, directeur de la billetterie et des entrées du FEQ.
Toutefois, plusieurs autres personnes n'avaient pas noté correctement leur adresse ou leur code postal ou avaient tout simplement oublié de mentionner un numéro d'appartement. «C'est frustrant pour eux. On les comprend, mais ça ne représente même pas 1 % de marge d'erreur», a précisé la directrice des communications du FEQ, Luci Tremblay.

Jusqu'ici, le FEQ a vendu 133 000 laissez-passer, dont 45 000 bracelets ont été achetés sur Internet et ont été livrés par la poste sans problème. Jeudi, une trentaine de personnes dans cette situation ont donc récupéré leur bracelet à l'entrée des Plaines, selon la directive du Festival.
Par ailleurs, plusieurs bracelets électroniques n'ont pas été livrés à temps, notamment aux États-Unis, à cause des douanes, croit l'organisation du Festival. «Lorsque les bracelets étaient scannés aux douanes, parce qu'il s'agit d'appareils électroniques», a souligné Mme Tremblay.

Source : CyberPresse

Tous contrôlés ou tous sous contrôle ? Avec la présentation des premières puces contenant nos informations personnelles et pouvant être implantées sous la peau, ce sont les fantasmes ou les spectres des films de sciences-fiction qui se matérialisent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire