jeudi 29 juillet 2010

DÉCOUVERTE : CARTE CÉLESTE de l'ANTIQUE CHINE










(cliquez sur l'image pour agrandir)

Après avoir dormi près de mille ans dans une grotte, un rouleau de papier chinois présentant les constellations et datant du VIIe siècle est actuellement exposé à Paris.

Situées sur la route de la Soie, les grottes des Mille Bouddhas ont été percées il y a seize siècles dans une falaise à proximité de la ville de Dunhuang, au cœur d'une région aride au sud du désert de Gobi. Près de 500 cavités ornées de peintures et de statues à l'effigie de Bouddha ont ainsi été redécouvertes par des explorateurs européens à la fin du XIXe siècle.

C'est dans une de ces grottes qu'une petite salle fermée a attiré leur attention. Son ouverture a révélé 40.000 manuscrits en parfait état de conservation, grâce à un climat très sec.
En 1907 l'archéologue anglais Alfred Stein emporta 7.000 de ces documents au British Museum de Londres. Il fallut attendre 2004 pour qu'un programme international, le IDP (pour International Dunhuang Project), rassemble des chercheurs de différents pays en vue d'analyser ces documents et de les numériser.

1.300 étoiles fidèlement positionnées

Alors que le papier n'arrive en Occident qu'à partir du IXe siècle grâce aux Arabes qui en ont appris les secrets de fabrication de la bouche de leurs prisonniers chinois, il est utilisé en Chine et au Japon depuis le premier siècle.
Les manuscrits de la grotte de Dunhuang sont principalement des textes religieux, mais c'est un rouleau de papier très fin de 4 mètres de long et 25 centimètres de large qui a été confié à une équipe de l'IRFU (Institut de Recherches sur les lois Fondamentales de l'Univers) qui dépend du service d'astrophysique du CEA (le Commissariat à l'Énergie Atomique), sous la conduite de l'astrophysicien Jean-Marc Bonnet-Bidaud.

Ce rouleau est un véritable atlas céleste. Il se compose de douze panneaux rectangulaires qui représentent les constellations le long de l'équateur céleste ainsi qu'une carte circulaire pour la région de l'étoile polaire.
L'équipe de l'IRFU a comparé la position des étoiles dessinées avec les cartes actuelles : l'atlas céleste de Dunhuang a été réalisé en utilisant différentes projections mathématiques qui assurent une précision de 1 à 4 degrés pour les étoiles les plus brillantes. Ce travail réalisé à la main et d'une remarquable précision pourrait être l'œuvre de l'astronome et mathématicien chinois Li Chunfeng (qui vécut au VIIe siècle).

Ce manuscrit est présenté en France pour la première fois, au sein de l'exposition La Voie du Tao qui se déroule à Paris au Grand Palais jusqu'au 5 juillet 2010.

Source: eso-news

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire