lundi 5 juillet 2010

LES TENTACULES DE L'EMPIRE BILL GATES
















Biographie de Bill Gates :

Né le 28 Octobre 1955 à Seattle, Washington, William Henry Gates a commencé à montrer un intérêt dans la programmation informatique à l'âge de 13 ans à l'école de Lakeside, à Washington. Un autre étudiant, Paul Allen, deux ans plus tard, il a réussi à créer un dispositif qui pourrait analyser les tendances du trafic.
Bill Gates ira à l'Université Harvard en 1973, où il a développé son premier produit de base - que la langue était un programme pour le premier micro-ordinateur. Il abandonne la Harvard dans son année junior et a passé son temps à créer des logiciels.















En 1975, il a fondé Micro-Soft (maintenant connue sous le nom de Microsoft) avec son ami Paul Allen. Avec BASE, Bill Gates a travaillé sur son produit prochaine grande appelé "DOS" (système d'exploitation de base) qui a conduit à un premier succès énorme de l'entreprise.
Il a ensuite fait un accord avec IBM pour créer une version de DOS pour sa gamme d'ordinateurs personnels. Cette nouvelle version est devenu rapidement le système d'exploitation principal utilisé par les fabricants d'ordinateurs. Du coup, c'est un immense succès pour Microsoft et cela fait de Bill Gates un homme riche.
















À la fin de 1985, l'entreprise avait plus de 1000 employés et 200 millions de dollars profits.

En tant qu'homme d'affaires avisé, il a constamment cherché des moyens d'élargir l'entreprise. La société a développé une variété de logiciels, allant des applications de logiciel pour les navigateurs Internet.
















Connu comme un concurrent de taille, certains disent qu'il a atteint son succès grâce à des tactiques commerciales douteuses. Le monopole de Microsoft sur tous les ensembles dominants du marché, il est entré, soit par acquisition, sa tactique commerciale agressive, ou une combinaison des deux.

En 1994, Bill Gates a épousé Melinda. Le couple a trois enfants. Ils ont également créé la Fondation "Bill and Melinda Gates Foundation" en l'an 2000, qui traite de la santé mondiale et des questions d'éducation.















En Juin 2008, à l'âge de 58 ans, Bill Gates a officiellement pris sa retraite après 33 années de service dans les opérations courantes de l'entreprise. Il continue, à temps partiel, en tant que président du conseil... Mais, dorénavant, il consacre beaucoup de son temps à sa fondation "Bill And Melinda". Il semble que Bill se préoccupe désormais davantage de santé et d'éducation que d'informatique... Bill se préoccupe aussi beaucoup de la "surpopulation" de notre planète. De l'éventuel "manque de ressources"... Il semble aussi que Bill Gates envisage le futur de l'humanité d'une bien curieuse façon...




















Pourquoi ne pas mentionner, au surplus, que son nom signifie : « Les Portes de Bill » (Bill Gates)
Quand on parle d’argent on parle de « billets », surnommés « bills »






















BILL GATES + MONSANTO + ROCKEFELLER…
Bill Gates, Monsanto et la Fondation Rockefeller sont entrain de construire un “coffre-fort anti-apocalypse” au Pôle Nord.














Quand Bill Gates décide, par le biais de la Fondation Gates, d’investir environ 30 millions de dollars dans un projet, cela mérite qu’on s’y intéresse, non ? Et en ce moment, aucun projet n’est plus intéressant que celui qui est entrain d’être construit dans un endroit reculé du monde, l’archipel norvégien de Svalbard.
Bill Gates, en association avec la société Monsanto, la Fondation Rockefeller, la fondation Syngenta ainsi que le gouvernement norvégien, investit des millions dans la construction d’une banque des sémences, sous une montagne de l’île de Spitzberg, un ilot de la Mer de Barents, à environ 1 000 Km du Pole Nord.
















Le nom de code officiel du projet est “Svalbard Global Seed Vault“, mais entre eux les partenaires l’appellent “le coffre fort de l’apocalypse” (doomsday vault) Si on en croit le communique de presse officiel, il s’agit d’une grotte artificielle, creusée sous une montagne à proximité du hameau de Longyearbyen, fermée par des doubles portes anti-explosions, équipées de systèmes d’alarme, de sas-anticontamination et aux parois renforcées par du béton armé d’un mètre d’épaisseur.




















Il est prévu d’y stocker jusqu’à trois millions de variétés de semences provenant du monde entier afin de “garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur“. Les semences seront spécialement emballées pour prévenir la formation de givre. Il n’y aura pas de personnel présent en permanence mais la relative difficulté d’accès du coffre-fort facilitera la surveillance du site à distance.

Je suis certain que vous n’avez pas prêté attention à la petite phrase, tout obnubilé que vous êtes par les détails techniques de ce communiqué. Le document dit, afin de garantir la préservation de la diversité des produits agricoles pour le futur.
















Quelle vision du futur ont les sponsors de ce projet pour qu’ils envisagent une menace globale sur la disponibilité des semences agricoles ? Ces semences sont déjà protégées, en plusieurs exemplaires, dans les différentes banques de semence qui existent à travers le monde.
















Chaque fois que Bill Gates, la Rockefeller Foundation, Monsanto et Syngenta s’associent dans un projet commun, cela vaut le coup de creuser la question un peu plus profondément que les rochers du Spitzberg. Et quand on prend la peine de le faire, on trouve généralement des choses fascinantes.
















Pour commencer, il y a la liste des gens qui participent financièrement à la création de cette “banque de semences en cas d’apocalypse” : outre le gouvernement norvégien, il y a la Bill & Melinda Gates Foundation ; le géant de l’agriculture industrielle DuPont/Pioneer Hi-Bred, le plus grand détenteur au monde de brevets agricoles pour des semences OGM et les produits agrochimiques qui les accompagnent ; Syngenta, la multinationale basée en Suisse et qui est spécialisée dans les OGM et les semences agroindustrielles, la Rockefeller Foundation, la fondation privée qui est à l’origine de la “révolution génétique”, ayant investi plus de 100 millions de dollars ces 30 dernières années dans la recherche génétique.

Enfin il y a CGIAR, le réseau mondial crée par la Fondation Rockefeller pour promouvoir son idéal de pureté génétique à travers la modification des pratiques agricoles à travers le monde. (...)

Généreusement financé par la Fondation Rockefeller et des bourses d’études et de recherches de la Fondation Ford, l’association CGIAR veille à ce que des chercheurs en agronomie et des personnes d’influence du secteur agricole dans les pays du Tiers-Monde soient invités à venir étudier aux Etats-Unis où ils apprennent les concepts de l’agriculture industrielle et de la production intensive, avant de les appliquer chez eux.

La CGIAR a ainsi réussi à créer un précieux réseau d’amis et de personnes inféodées à travers le monde, qui sont autant de portes d’entrée et d’agents d’influence pour les entreprises agro-industrielles US dans les pays en voie de développement.
Le principal facteur promu par le CGIAR est celui de la “révolution génétique”, supposée résoudre tous les problèmes des pays en voie de développement.

Tout cela étant bien évidemment habillé d’un discours scientiste, positiviste et glorifiant le marché et la libre entreprise comme unique avenir pour une agriculture globalisée, fournisseuse de “cash crops” plutôt que d’aliments pour la population locale…

La même Rockefeller Foundation avait crée de toutes pièces la Révolution Verte, suite à un voyage d’étude au Mexique, en 1946, organisé par Nelson Rockefeller et l’ancien secrétaire à l’agriculture lors du New Deal Henry Wallace, fondateur de la multinationale semencière “Pioneer Hi-Bred Seed Company”.

La “Revolution Verte” avait été vendue à l’opinion publique comme “la” solution pour résoudre les problèmes de famine dans le monde… à commencer par les pays “test” comme le Mexique, l’Inde et autres. Rockefeller ne laissait rien au hasard et n’achetait pas seulement la presse pour chanter les louanges de sa “Révolution”. Il avait également spécifiquement ciblé les “experts” travaillant pour les éditeurs scolaires, leur versant des “bourses” afin d’influencer leur plume. Des génération d’écoliers (NdL&I : dont moi) ont ainsi lu dans leurs manuels de géographie des articles à la gloire de la "Révolution Verte"(...)

En réalité, comme l’ont démontré les analyses économique et politiques réalisées 20 ans plus tard, la “Révolution Verte” était en fait une brillante opération marketing afin de développer une activité mondiale d’agrobusiness qui permettrait ensuite à la Rockefeller de détenir une position de monopole dans le domaine agricole… exactement comme le grand-père Rockefeller l’avait fait dans l’industrie pétrolière US cinquante ans auparavant.

Il n’est donc pas surprenant de voir la Rockefeller se soucier de son fonds de commerce agricole et de chercher à préserver dans les glaces de l’arctique les semences qu’elle vendra très cher aux agriculteurs du monde quand la catastrophe climatique aura éradiqué l’agriculture paysanne.

Comme le dit Kissinger,, Si vous contrôlez le pétrole, vous contrôlez le pays, mais si vous contrôlez les semences, vous contrôlez l’alimentation. Et celui qui contrôle l’alimentation tient la population en son pouvoir“.

Source : News of Tomorrow





















BILL GATES et les OGM

La fondation Bill & Melinda Gates a décidé d’octroyer une subvention de 5,4 millions de dollars au Donald Danforth Plant Science Center aux États-Unis, afin, précise le communiqué de la Fondation, d’aider « à lutter contre la faim » via l’introduction en Afrique des cultures génétiquement modifiées enrichies d’éléments nutritifs. Le financement devrait, entre autres, aider le Danforth Center à obtenir l’approbation des gouvernements africains pour permettre des essais en champ de plants de banane, riz, sorgho et manioc transgéniques enrichis de vitamines, de minéraux et de protéines.












Les chercheurs du Danforth ont en effet annoncé avoir réussi à créer de telles variétés transgéniques mais doivent maintenant obtenir l’approbation réglementaire de pays cibles pour avancer dans leur recherche.

Les chercheurs précisent que ces variétés seront offertes aux agriculteurs africains. Les opposants craignent que cet argent serve à favoriser l’émergence de cadres réglementaires laxistes qui profiteront, in fine, à l’introduction des PGM classiques, maïs ou coton, "Bt" ou "Roundup ready", proposées par "Monsanto" et "Syngenta".

En octobre 2008, La Fondation Bill & Melinda Gates avait fait un don de 5,6 millions de dollars à la FAO , l’instance des Nations unies en charge de l’agriculture et de l’alimentation, afin de permettre à 17 pays d’Afrique « d’améliorer considérablement la qualité, l’accès et la pertinence de leurs statistiques nationales sur l’alimentation et l’agriculture par le biais du système CountrySTAT de la FAO , [... et] par la même occasion, [de faciliter] la planification et la prise de décisions des autorités et des analystes, en particulier dans la lutte contre la faim et la pauvreté ». M. Rajiv Shah, Directeur du développement agricole pour le programme de développement mondial de la Fondation Gates, avait alors déclaré : « des données de qualité nous aideront à prendre des décisions plus avisées de façon à mieux cibler nos investissements en faveur du développement agricole dans toute l’Afrique subsaharienne ».
Le don récent au Donald Danforth Plant Science Center nous renseigne donc déjà sur le choix financier et technique de la Fondation Gates. Quant à la FAO , sa position concernant les OGM oscille au gré des lobbies et des opinions publiques. Si elle ne veut pas exclure la solution biotechnologique, elle prend la précaution de dire que ce n’est pas une solution miracle, notamment vis-à-vis de la faim dans le monde . Elle reconnaît ainsi que cette question a des causes non seulement agronomiques mais aussi et surtout socio-politiques.

Source : infOGM





















BILL GATES et les VACCINS

La Fondation Bill et Melinda Gates commence à se faire connaître pour le financement des technologies destinées à favoriser la stérilisation de masse et les programmes de vaccination dans le monde. L’un de ces programmes récemment financés par la fondation est un programme de stérilisation qui utiliserait de puissantes projections d’ultrasons sur le scrotum d’un homme pour le rendre stérile six mois. Cette technologie devrait plutôt s’appeler "castration temporaire".

Maintenant, la fondation finance un nouveau programme "de vaccin à libération provoquée par la sueur" se basant sur des nanoparticules traversant la peau humaine. Cette technologie est décrite comme une façon de "... fabriquer des nanoparticules pénétrant la peau par les follicules pileux et éclatant au contact de la sueur humaine pour libérer le vaccin."




















La subvention de recherche est attribuée à Carlos Alberto Guzman, du Centre Helmholtz de Recherche sur les Infections en Allemagne et à Claus-Michael Lehr et Steffi Hansen de l’Institut Helmholtz pour la Recherche Pharmaceutique.

Ils participent tous deux au programme "Grand Challenges Explorations" que soutient la Fondation Gates, dont le but serait "d’accomplir des percées majeures en matière de santé mondiale."

...des percées comme la stérilisation de masse et les vaccins à nanoparticules qui pourraient être secrètement administrés sans que vous en soyez informé, visiblement. Ces nanoparticules pourraient être utilisée sous forme de nuage de fines gouttelettes pulvérisées sur toute personne traversant un barrage de sécurité dans un aéroport, par exemple. Ou elles pourraient être diffusées dans les systèmes de ventilation d’un bâtiment de bureaux d’entreprise ou d’une école publique pour vacciner les masses. Vous ne sauriez même pas que vous êtes vacciné.

Cette technologie est potentiellement très dangereuse pour la liberté de votre santé. En l’utilisant, les gouvernements ou compagnies pharmaceutiques (c’est la même chose de nos jours) pourraient créer une crème-pour-la-peau/vaccin qui serait présentée sous forme de "crème solaire". Mais lorsque vous l’utiliseriez, vous vous vaccinerez vous-même avec des nanoparticules s’enfonçant sous la peau et éclatant en libérant un ADN étranger dans votre corps.

Histoire de la médication discrète des masses
















Vous vous demandez pourquoi les gouvernements chercheraient à soigner les gens sans qu’ils le sachent ou sans leur consentement ? Ils le font déjà avec la fluoration de l’eau. Le fluor est un médicament, et les gouvernements régionaux et nationaux partout sur terre utilisent la distribution de l’eau potable pour donner du fluor à la population, qu’elle en ait besoin ou non — et sans aucune prescription ou diagnostic médical.

Donc si les gouvernements donnent déjà des médicaments discrètement à la population comme le montre l’exemple du fluor dans la distribution de l’eau, ils ont préparé le terrain à une vaccination de masse par des voies similaires, comme la distribution d’air dans les immeubles. Et grâce à Bill Gates, la nanotechnologie nécessaire à cette fin est maintenant financée.




















Est-ce vraiment une "percée majeure en matière de santé mondiale ?"

J’imagine que c’est à condition que vous soyez favorables à une médecine discrète fournissant au peuple les médicaments et vaccins derrière leur dos. La médecine occidentale est si outrageante pour les personnes rationnelles qu’elle ne peut même pas opérer au grand jour. C’est pourquoi elle recourt à une contamination discrète de la distribution en l’eau afin d’obliger le public à avaler ces médicaments.

Fluor et médecine discrète

Ah, et au passage, pour quiconque arguant que le fluor n’est pas un médicament, rappelez-vous ceci : Selon la FDA, toute substance chimique ayant un effet biologique sur le corps humain est, par définition, un médicament. De ce fait le fluor est aussi un médicament.

De plus, le fluor est promu avec la revendication extravagante de "prévention des caries", ce qui en fait un "médicament non-approuvé" selon la FDA. Alors comment se fait-il qu’un médicament non approuvé soit versé dans la distribution en eau et donné de force à des centaines de millions de personnes sans un seul diagnostic de carence en fluor ou même une seule ordonnance d’un docteur ?

La réponse est que la médecine occidentale est si arrogante qu’elle ne croit pas devoir suivre de règles, règlements ou lois quelconques. Il n’y a qu’un système de médecine "tyrannique" qui vous ferait avaler des médicaments de force, en les versant dans la distribution en eau, sans que vous ne le sachiez. Alors pourquoi penser que ce serait différent pour les vaccins ? Si la médecine mainstream peut trouver le moyen d’obliger tout le monde à recevoir des vaccins en secret, soyez sûr qu’ils chercheront à le faire !
Et de tels efforts recevront sans aucun doute le soutien financier de Bill Gates.
(voir : « L’Île du docteur Moreau »)

1 commentaire:

  1. Petite citation de ce Mr:
    http://jabamiah-antinouvelordremondial.blogspot.com/2010/05/citations-sur-la-depopulation.html

    RépondreSupprimer