lundi 28 juillet 2014

UNE RIVIÈRE TOURNE AU "ROUGE SANG" EN CHINE !


C'est dans le village de Xinmeizhou dans la province de Zhejiang dans l'Est de la Chine, qu'aux premières heures de la mâtiné hier, qu'une des rivières qui traversent le village a complètement viré rouge sang en moins d'une heure. 

De nombreux résidents ont témoigné que la rivière était normale vers 5 heures du matin, mais qu'une heure plus tard, ses eaux avaient mystérieusement changé de couleur. 

Jianfeng Xiao, le maire du village, croit que quelqu'un a délibéremment jeté quelque chose dans ses eaux en amont.

"Nous soupçonnons que quelqu'un a déversé des colorants artificiels dans la rivière, pensant qu'avec les pluies torrentielles du typhon qui est passé hier sur la région, personne ne remarquerait son geste. Or il n'y a pas eu de fortes pluies ici, et les colorants ne se sont pas dilués aux boues qui étaient probablement attendues"


Une enquête est en cours pour tenter de déterminer la source de cette pollution, mais de nombreux regards se tournent vers une société de colorant alimentaire qui est située à quelques kilomètres seulement en amont du village.

Source : Nature Alerte

IMAGE À MÉDITER

Aujourd'hui nous vous proposons de méditer sur une image en forme d'énigme (ironique) réalisée par l'artiste Dada Zêdka...


dimanche 27 juillet 2014

GAZA PULVÉRISÉ !


Gaza, pulvérisée, est devenue méconnaissable!


« Soit vous me donnez les corps de mes deux frères afin que je puisse les enterrer, soit vous me dites qu’ils sont vivants, et je peux les embrasser », crie une femme alors qu’elle cherche ses deux frères dans Shejaiya, à l’est de la ville de Gaza pendant la courte trêve humanitaire.

Elle n’est pas seule dans sa quête désespérée de ses proches - la quête prend des heures au milieu de l’odeur collante de la mort et de la chair brûlée qui remplit les ruines et les décombres de ce qui était il y a encore peu des maisons familiales. Pendant la trêve, 155 corps ont été retrouvés dans la bande de Gaza ce samedi. Toutes ces victimes sont les résultats des derniers bombardements israéliens.

Ahmed Al-Hassan, âgé 32 ans, est un parmi d’autres à la recherche de proches disparus dans le quartier Shejaiya. Il est à la recherche de ses oncles avec lesquels il a perdu tout contact il y a plus de deux semaines.

Al-Hassan était ici il y a un mois, mais rien de ce qu’il voit aujourd’hui ne ressemble à ce dont il se souvient avant que les missiles israéliens n’aient commencé à tomber.

« Je ne peux pas dire quelle partie était la rue et laquelle était la maison » dit-il tout en marchant avec précaution sur l’énorme tas de gravats, pour voir s’il peut trouver quelqu’un, de vivant ou de mort.


Les équipes de secours utilisent des masques, mais malgré cela l’odeur est très forte. Les ambulances ont enfin pu se rendre sur place alors qu’auparavant Israël les en avait empêchées. Sept médecins ont été tués, tandis que de nombreux autres ont été blessés. Certains corps se trouvent encore ici quelques jours après, tandis que d’autres ont été transportés à la morgue de l’hôpital dans des sacs contenant les morceaux collectés dans la rue où ils ont été tués par des missiles israéliens.

Al-Hassan continue en marchant lentement à travers ce qui reste des maisons détruites par les avions F-16, les drones ou les obus de chars et de mortiers israéliens. « C’est une tragédie du siècle, et le monde est en train de laisser Israël s’en tirer impuni », dit-il, tout en retirant une copie brûlée du Saint Coran dans les ruines d’une maison.

« Voyez, même les sites sacrés et les mosquées sont bombardés ... Ici, regardez, c’est là que j’ai l’habitude de prier lorsque je rendais visite à ma grand-mère, je reconnais l’endroit » ajoute-t-il, les yeux fatigués et son visage couvert de poussière alors qu’il poursuit sa recherche à travers la destruction de tout ce qu’il peut reconnaître.

Il est à même d’identifier un morceau de mosaïque de la mosquée. Il n’arrive pas à retrouver le pilier de pierre au milieu de la maison de ses oncles, le petit jardin à l’entrée, ni la porte de couleur argentée dont il se souvient depuis l’enfance. Seules deux choses demeurent : les ruines de maisons détruites et l’odeur de la mort qui les accompagnent. Il continue sa recherche des dépouilles, conformément avec la tradition islamique qui exige que les morts soient enterrés rapidement, ce qui est la façon de leur rendre un dernier hommage. Cette pratique est partagée avec les croyants dans la foi juive.

« Mais ils ne permettront pas à Gaza cette dignité humaine et spirituelle », dit Al-Hassan. « Dieu a créé les êtres humains pour qu’ils soient traités de façon égale et digne. Mais à Gaza, même notre mort perd dignité et respect, et est humiliée par les occupants israéliens », dit-il encore.

Toujours confus, essayant de retrouver le plan de la maison tel qu’il l’avait dans sa mémoire et de faire le lien avec les décombres autour de lui, il dit : « Je pense que c’est là que mes enfants avaient l’habitude d’aller. Ce lieu était rempli d’amour et de souvenirs chaleureux ».

Al-Hassan devra s’adapter à la nouvelle réalité, mais à chaque fois que les équipes de secours crient qu’ils ont trouvé des corps, dont ils reconnait certains comme étant les voisins de sa grand-mère, il connait un terrible accès de tristesse. Les odeurs autour de Al Hassan deviennent plus fortes.


Une clé pour des ruines

Lorsque le cessez-le feu humanitaire a été annoncé, Haider Abu Hussein, âgé 34 ans, a pris la clé de sa maison avec lui puis il a quitté le parc où il avait trouvé refuge afin d’aller chercher des vêtements pour ses enfants. Mais il a été dans l’incapacité de retrouver sa maison.

« Nous avons dû faire des trous dans les murs de notre maison afin de pouvoir nous échapper par là et trouver la rue », raconte-t-il, expliquant le miracle grâce auquel il est toujours en vie alors que tant de ses voisins sont morts et enterrés sous les décombres. Son visage devient alors tendu lorsqu’il sent l’odeur des cadavres tout autour.

La famille d’Abu Hussein a dû se séparer, les uns s’installant dans le parc et d’autres dans l’école de l’UNRWA ou chez des parents. Il est l’un des 170 000 habitants de la bande de Gaza forcés de fuir leurs foyers à cause des bombardements par Israël. Un bébé dans le parc pleure parce qu’il a faim et peut-être aussi pour être changé, mais il n’y a plus rien pour lui car la maison d’Abu Hussein ainsi que tout son contenu ont été détruits et brûlés.

Avançant le long de la rue Nazaz dans la ville de Gaza, les gens savent que la trêve de 12 heures est cruciale pour retrouver des parents et prendre autant de fournitures de base que possible avant qu’Israël n’attaque à nouveau.


Le cessez-le feu a totalement révélé l’étendue des destructions causées par 19 jours de bombardements israéliens. Le bombardement le plus lourd étant ici dans Shejaiya, quand les frappes israéliennes ont fait des centaines de tués et blessés.

Alors que les équipes d’ambulanciers et de secours continuent leur travail de récupération, les amis, voisins, et collègues des victimes utilisent cette interruption de 12 heures pour regarder qui ils peuvent retrouver. Plus de 150 corps ont été tirés des décombres, portant le nombre de morts à Gaza à 1015.

Quand Abu Hussein retrouve enfin ce qu’il pense avoir été son domicile, il tombe en état ​​de choc.

Il dit ce que c’est comme un ouragan provoqué par les Israéliens. Il n’a reçu aucun avertissement d’Israël avant l’attentat. C’est juste arrivé.

Maintenant, les cadavres sont sous les immeubles et les services de santé sont appelés en toute première priorité à nettoyer ce qui est possible, de manière à éviter que la crise humanitaire et la catastrophe humaine ne s’aggravent.

Cependant, pour Abu Hussein, il n’a plus grand-chose, pas même une pièce d’identité qu’il puisse utiliser pour prouver qu’il a une fois vécu ici.

Telle est la réalité immédiate, il ne peut pas la changer - son héritage est une maison en ruines et sa famille est sans-abri. Beaucoup d’autres autour de lui doivent faire face à la même horreur et s’en arranger de la meilleure façon possible.

« Il y a des matelas que mes enfants utilisaient pour dormir », dit un voisin d’Abou Hussein.

« Mais chaque fois que nous les Palestiniens sommes martyrisés, nous nous rétablissons nous-mêmes, sous l’occupation israélienne, et nous continuons à vivre du mieux que nous pouvons. Cette fois, la Résistance est forte et nous devons nous appuyer sur elle au lieu de compter sur les dirigeants d’un monde bancal. »

Beaucoup de gens pleurent autour de lui tandis que d’autres s’effondrent après avoir vu des corps tirés doucement des décombres, pulvérisés delà de toute reconnaissance possible.


Un voisin d’Abou Hussein nous dit : « Les maisons peuvent être reconstruites, si Israël permet que les matériaux de construction entrent dans la bande de Gaza ». Mais il ne s’attend pas à ce que cela se produise.

« Si nous pouvions transformer les os de notre corps en ponts vers notre liberté, nous le ferions pour échapper à ce funeste siège israélien. »


Vu sur :

mercredi 16 juillet 2014

TEMPÊTE DE GRÊLE EN SIBÉRIE...


Une impressionnante et fulgurante tempête de grêle en Sibérie, digne de l'apocalypse !

La météo prévoyait une journée ensoleillée et suffocante samedi 12 juillet au-dessus de cette plage populaire de Novossibirsk -la plus grande ville de Sibérie- le long de la rivière Ob. Et pourtant...

Des baigneurs profitant d'une fabuleuse journée d'été à Novossibirsk, la plus importante ville de Sibérie, ne s'attendaient certainement pas à voir une tempête de grêle d'une ampleur phénoménale s'abattre sur eux.

Malgré les 37 degrés de cette belle journée d'été ensoleillée, une violente averse de grêle s'est abattue en quelques secondes sur des baigneurs complètement pris de cours, qui se sont réfugiés comme ils pouvaient sous des parasols. Certains grêlons ont atteint la taille de balles de golf...

Flairant qu'un orage était en train de se lever, les vacanciers ont commencé à s'abriter, mais soudainement, ce n'est pas de la pluie qui est tombée, mais d'immenses grêlons, de la grosseur de balles de golf, comme lancés du ciel.

Les baigneurs ont tenté de se protéger avec ce qu'ils pouvaient : ombrelles, matelas gonflables, etc.



Sur le vidéo ont peut même entendre des enfants pleurer tellement la scène est chaotique. Une fillette qui a reçu plusieurs grêlons sur le dos a été couverte de bleus. La tempête digne d'une scène d'apocalypse a duré trois longues minutes...

UN TROU BÉANT EN SIBÉRIE...


Une expédition d'urgence sera menée aujourd'hui, pour comprendre comment s'est formé l'immense cratère dans une zone riche en pétrole, dans le nord de la Sibérie.

Des images aériennes démontrent le trou mystérieux qui ferait 262 pieds de large selon les experts, dans la péninsule de Yamal dans l'océan Arctique.


Une équipe de scientifiques iront enquêter sur ce trou béant, rapporte le Siberian Times.

Des spéculations sur internet laissent croire qu'il pourrait s'agir de l'arrivée d'un OVNI. Un expert russe affirme que le trou est probablement dû au réchauffement climatique en libérant des gaz sous la surface, qui a ensuite explosé comme un bouchon de champagne.


Les contours plus foncés du cratère indiquent des «brûlures sévères», croient les spécialistes. Selon Anna Kurchatova, membre du Sub-Arctic Scientific Researchavance que le trou a été formé d'un mélange d'eau, de sel et de gaz initié par une explosion souterraine. Il y a environ 10 000 ans, cette région était une mer.

source : TVA Nouvelles

mercredi 11 juin 2014

NAISSANCE DE BÉBÉS GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS AUX U.S.A. !!!


La naissance des premiers êtres humains génétiquement modifiés du monde a été révélée hier soir...

L’annonce que 30 bébés en bonne santé sont nés après une série d’expériences aux États-Unis a relancé un débat houleux sur l’éthique en matière de science. Jusqu’à présent, deux des bébés ont été testés et se sont révélés posséder des gènes de trois "parents".

Quinze de ces enfants sont nés au cours des trois dernières années à la suite d’un programme expérimental del’Institut de médecine de la reproduction et des Sciences de St Barnabas dans le New Jersey.

Ces bébés sont nés de femmes ayant des difficultés à concevoir.

Des gènes supplémentaires provenant d’un « donneur femelle » ont été insérés dans leurs ovules avant qu’ils ne soient fécondés pour leur permettre de concevoir.

Des tests d’empreintes génétiques sur deux enfants d’un an confirment qu’ils ont hérité de l’ADN de trois adultes différents – deux femmes et un homme.

Le fait que les enfants ont hérité des gènes supplémentaires et les ont intégrés dans leur lignée germinale (NDLR : lignée formée par la suite des cellules germinales qui subissent la division des chromosomes au cours de leur évolution) signifie qu’ils pourront, à leur tour, être en mesure de les transmettre à leur progéniture.

La modification de la lignée germinale humaine – un bricolage de la nature même de notre espèce – est une technique boudée par la grande majorité des scientifiques du monde entier.

Les généticiens ont peur qu’un jour, cette méthode puisse être utilisée pour créer de nouvelles races d’humains, avec les caractéristiques souhaitées telles qu’une force ou une intelligence accrue.

Écrivant dans la revue Human Reproduction, les chercheurs, dirigés par le pionnier dans le domaine de la fertilisation, le professeur Jacques Cohen (photo ci-dessus), disent que « c’est le premier cas de modification génétique germinale humaine chez des enfants en bonne santé ».

Certains experts ont sévèrement critiqué ces expériences. Sir Winston, de l’Hôpital Hammersmith dans l’ouest de Londres, a déclaré à la BBC hier : « En ce qui concerne le traitement de la stérilité, il n’existe aucune preuve que cette technique vaille la peine. . . Je suis très surpris qu’elle ait même été réalisée à ce stade. Cela ne serait certainement pas autorisé en Grande-Bretagne ».

John Smeaton, directeur national de la Société pour la protection des enfants à naître, a déclaré : « Nous avons beaucoup d’empathie pour les couples ayant des problèmes de fertilité. Mais ce qui semble être une nouvelle méthode dans le processus de la fécondation in vitro afin de concevoir des bébés, conduit à des bébés étant considérés comme des objets sur une ligne de production. C’est une nouvelle et très inquiétante étape dans l’histoire de l’humanité. »

Le professeur Cohen et ses collègues ont diagnostiqué que ces femmes sont stériles car elles possèdent des défaillances dans des structures minuscules de leurs ovules, appelées mitochondries.

Ils ont pris des ovules de donateurs et, à l’aide d’une fine aiguille, aspiré une partie du matériel interne – contenant des mitochondries saines – et injecté celui-ci dans les ovules des femmes qui souhaitent concevoir un enfant.

Parce que les mitochondries contiennent des gènes, les bébés résultant du traitement ont hérité de l’ADN de deux femmes. Ces gènes peuvent maintenant être transmis le long de la lignée germinale maternelle.

Un porte-parole de la HFEA (Human Fertilisation and Embryology Authority), organisme chargé de réglementer la technologie de procréation assistée en Grande-Bretagne, a déclaré qu’il n’autoriserait pas la technique dans son pays car elle implique une modification de la lignée germinale.

Jacques Cohen est considéré comme un scientifique brillant, mais controversé, qui a repoussé les limites des technologies de procréation assistée.

Il a développé une technique qui permet aux hommes stériles d’avoir des enfants, en injectant l’ADN des spermatozoïdes directement dans l’ovule en laboratoire.

Auparavant, seules les femmes stériles ont pu concevoir par fécondation in vitro. L’année dernière, le professeur Cohen a déclaré que son expérience lui permettrait de cloner des enfants – une perspective traitée avec horreur par la communauté scientifique en général.

« Ce serait l’œuvre d’un après-midi pour un de mes élèves », dit-il, ajoutant qu’il avait été approché par au moins trois personnes souhaitant créer un enfant cloné, mais avait refusé leurs demandes.


Source : dailymail.co.uk