lundi 25 juillet 2011

HUMANOÏDE HYBRIDES CRÉÉS EN LABORATOIRE

Des scientifiques ont créé plus de 150 embryons hybrides (homme-animal) dans les laboratoires britanniques.

Des scientifiques britanniques ont créé plus de 155 embryons hybrides (homme-animal). Les hybrides ont été produits secrètement au cours des 3 dernières années par des chercheurs pour, disent-ils, "regarder les traitements possibles pour un large éventail de maladies". Du reste, la « Human Fertilisation and Embryology Authority » envisage actuellement si les donateurs peuvent être rémunérés pour leurs services

Cette révélation intervient quelques jours après que le journal britannique Daily Mail ait rapporté les propos atterrants d’un comité de scientifiques ayant récemment sonné l’alarme sur ces expériences menées en secret…

Ce regroupement de scientifiques cherchait à avertir la population des dangers et implications de créer une nouvelle race humanoïde, créée en laboratoire. Ils y expriment leurs inquiétudes sur la possibilité d’expériences allant "trop loin" et donnant au final un scénario digne de "La Planète des Singes", où les animaux s’échappent du laboratoire et commencent à se reproduire dans la nature. Quoiqu'il en soit, nous avons toutes les raisons d'être dégoûté par ces douteuses pratiques scientifique, ces excès de la recherche médicale qui nous promette des miracles! En vérité, ils exploitent la vie, ils joue avec la vie, sans aucune scrupule, sans foi ni loi, sans conscience... Mais avec des intentions...

DES MONSTRUOSITÉS GROTESQUES

Maintenant, le Daily Mail explique que ces 155 embryons hybrides sont les résultats d’un croisement génétique inusité humain et animal, sans toutefois préciser de quel animal il s’agit!

La mise au point de ces créatures humanoïdes a débutée en secret dès 2008, laisse entendre le « Human Fertilisation Embryology Act », (Cette légalisation de la création d'une variété de véhicules hybrides, y compris un ovule animal fécondé par un spermatozoïde humain; « cybrides », dans lequel un noyau humain est implanté dans une cellule animale, et « chimères », dans laquelle les cellules humaines sont mélangées avec des embryons d’animaux…)

On n’a pas encore révélé quels animaux ont servi pour les chimères et les hybrides, mais il est presque certain que ce sont des mammifères. En outre, plus les codes génétiques des animaux sont proches de ceux des humains, plus l’expérience d’embryonnage aura des chances de succès.

Ces 155 embryons hybrides animaux-humains ont été produits par des scientifiques déraisonnables (pour ne pas dire « des savants fous ») au Royaume Uni, avec l’approbation entière du gouvernement, sous l’égide de la Loi sur l’embryologie pour la fécondité humaine.

Trois laboratoires du Royaume-Uni ont obtenu la permission de jouer à Dieu avec ces embryons mi-humains mi-animaux : Le Collège Royal de Londres, l’Université de Newcastle et celle de Warwick. Mais à quoi bon ces singeries avec des embryons d’espèces croisées ?

Les chercheurs qui ont entrepris ces expériences discutables déclarent (comme souvent) que c’est pour développer des cellules souches servant à « traiter des maladies incurables ».

Ils n’osent pas dirent les vraies raisons…
Une des raison, c’est que des compagnies pharmaceutiques veulent développer en secret des « humanoïdes de culture », des humanoïdes hybrides qu’on pourrait garder en cage comme des animaux et sur lesquels on pourrait récolter de précieuses cellules souches...

Des compagnies pharmaceutiques qui songent à offrir ces précieuses cellules souches à leurs riches patients pour environs 100 000 dollars par traitement. Comme d’habitude, ce n’est qu’un autre moyen d’exploiter des organismes vivants et faire du fric, faisant fi de toutes éthiques, de tous principes.

Alors que vous lisez ces lignes, des primates sont entassés dans des cages, dans des prison que l’on dit être des laboratoires et ces animaux servent à cultiver du matériel viral prélevé de leurs organes qu’on mélange à des produits chimiques toxiques pour fabriquer, entre autre, des vaccins.

L’industrie des vaccins ne révélera pas ce petit secret désobligeant, car ils savent très bien que c’est là une pratique cruelle, et absolument contre-nature.
L’histoire de la science médicale est coutumière d’abus éthiques et d’expériences médicales odieuses.

Il semble que certains scientifiques repoussent les frontières de l’éthique au profit d’une « quête du profit ».

Il faut vous attendre à être tenu loin des secrets que se garde de dire des pays comme la Chine ou la Corée du nord en matière de récupération d’organes humains, où le marché noir pour les organes humains est chose courante… Des expériences d’hybridations ont été sans doute pratiquées en secret dans plusieurs pays. Les États-Unis aussi ont beaucoup de secrets à garder. Aussi, l’un des premiers pays à avoir réussi ce genre d’expériences d’hybridation est le Canada où ont été réalisés les premiers croisements entre humains et animaux dès la fin des années 80…
NOTE : En 1989, lors d’une de nos émissions « Focus Pocus » (à la radio CFLX de Sherbrooke), nous avions parlé de ces expériences secrètes d’hybridations menées un peu partout dans le monde en catimini. Nous y avions révélé la création d’animaux hybride, réalisés en secret au Canada, comme le bœuf de deux tonnes, ou encore l’« Olivoporc » qui est le résultat d’un croisement hybride entre porc et humain (30% humain). Cela avait soulevé l’indignation de certain, mais surtout beaucoup de scepticisme de la part de nos auditeurs.
Encore une fois il s’agissait là d’informations difficilement vérifiables, et qui avaient l’apparence d’une fumisterie née de l’imagination de paranoïaques.. Mais à l’époque, comme aujourd’hui, nous savions de source sûre que ces expériences étaient bel et bien pratiquées. Pour preuve, notre « contact » occupait un emploi au laboratoire de recherche d’hybridation animale à St-Hyacinthe (au Québec). Il ne nous a pas seulement raconter les expériences qui s’y faisaient… mais aussi nous montra des photographies difficiles à regarder, difficile à concevoir, de ces monstres cachées aux yeux du public.

Illustrations 2 et 3 : Sculptures de l'artiste Patricia Piccinini

7 commentaires:

  1. S'il vous plait, titré vos images et ne nous laissez pas dans le flou TOTAL...

    Vos illustrations son l'oeuvre de l'artiste australienne Patricia Piccinini.

    RépondreSupprimer
  2. oooh Merci beaucoup de préciser que ces illustrations sont de Patricia Piccinini...
    (Pardonnez-nous nos offenses!)

    Effectivement, on voit souvent ses "oeuvres", un peu partout sur le web, et avec raison, car elle sont frappantes! On peut dire qu'elle a su créer des images chocs, qui font réfléchir...

    Afin de réparer un peu notre omission... Voici une petite biographie à son sujet :

    Patricia Piccinini est une artiste australienne née à Freetown, Sierra Leone, en 1965.

    Patricia Piccinini travaille depuis les années '90 aux rapports entre la nature, les sciences et les biotechnologies.

    Quoiqu'étant d'une sensibilité proche des "bio-artistes", elle ne travaille pas à partir du vivant, mais à partir des représentations du vivant et de leur réception, à travers l'imagerie numérique, en particulier.

    Elle réalise alors des sculptures hyperréalistes de créatures imaginaires, hybrides... Des créatures d'une expressivité éloquente, qui semblent dotées du souffle de la vie. Sans inséminer de jugement particulier dans ses œuvres, elle parvient toutefois à susciter un malaise tangible à travers des travaux qui hésitent entre anticipation et science-fiction.

    Cela dit, les oeuvres de Patricia Piccinini sont absolument contemporaines et dans l'air du temps! Pas surprenant qu'elle ait retenu notre attention ! Très certainement, Patricia Piccinini est une artiste qui mérite des éloges!
    En tout cas elle a toute notre admiration!

    Merci "cornik" de nous avoir permis de faire reconnaître le travail fabuleux de cette artiste hors du commun!

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour bonjour,

    Sur le coup je suis d'accord avec cornik...

    Ceux qui ne qui ne s’intéressent pas au bio-art auraient pu penser que ces images étaient vraiment l'oeuvre de laboratoire et en l’occurrence les photos de votre contact à St-Hyacinthe (au Québec).

    J'aurai aimé aussi plus de clarté...

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. le deuxieme est surement un croisement entre humain et sousis même ci il me reste des doutes de labo,faire ce genre de chose est contraire au lois de la nature mais pourras toujours servir pour adapter les humains dans le futur comme les lezards avec leurs queue qui repousse ou encore les tortue avec leurs longévitées de vie voir les loups avec leurs résistence au froid sans oublier les poissons capable de respirer sous l'eau

    RépondreSupprimer
  6. des animaux hybrides humains cest cauchemardesque ca nexiste que dans la mythologie

    Mélissa de www.animaux-mutuelle.fr

    RépondreSupprimer