jeudi 2 juin 2011

DANGERS DE L'ALUMINIUM DANS L'EAU : TROUBLES PSYCHIQUES, TROUBLES CARDIAQUES, ALZHEIMER, DÉMENCE...

Une étude le confirme: au-dessus de 0,1 mg d'aluminium par litre d'eau, les consommateurs courent un risque deux à trois fois supérieur de développer la maladie d'Alzheimer

Les normes vont-elles être revues? Cette fois, les résultats sont confirmés... Les consommateurs dont l'eau du robinet contient plus de 0,1 mg d'aluminium par litre (mg/1) courent deux fois plus de risque de développer la maladie d'Alzheimer, alors même que les normes actuelles tolèrent jusqu'à 0,2 mg/1. Le risque est multiplié par trois chez les personnes ne buvant que de l'eau du robinet et jamais d'eau en bouteille.

Telles sont les conclusions de l'étude épidémiologique menée par l'équipe du prof. Jean-François Dartigues, que publie le prestigieux "American Journal of Epidemiology".

Pour parvenir à ce résultat les chercheurs de l'université de Bordeaux ont suivi pendant huit ans 3777 personnes âgées de plus de 65 ans dans deux départements français, Dordogne et Gironde.

"Le plus important, c'est qu'aujourd'hui, à la différence des annonces précédentes, la valeur de nos résultats est confirmée par des experts internationaux", souligne le Prof. Dartigues.

Il y a deux ans, lorsque la presse grand public avait divulgué les conclusions préliminaires, des voix s'étaient élevées pour réclamer des compléments et une vérification des données. C'est aujourd'hui chose faite. Reste à savoir quelles en seront les conséquences pratiques...

L'Amérique du Nord n'a pas attendu ces résultats pour réagir. Le gouvernement fédéral canadien demande déjà que le seuil d'aluminium dans l'eau distribuée soit inférieur à 0,1 mg/ litre.

"La mobilisation autour de ce problème date du début des années 90", explique Michèle Giddins, responsable de la section eau potable de Santé-Canada, l'organe d'information officielle du ministère de la Santé. "Nous avons confronté tous les avis et nous avons appliqué le principe de précaution de la façon la plus raisonnée".

En France, toujours très prudent, Jean-François Dartigues ne veut pourtant pas affoler les populations concernées. Contre toute attente, il ne juge pas nécessaire de diminuer le seuil maximal. Une position qui va à l'encontre de l'avis d'autres spécialistes européens. Les preuves des dangers de l'eau du robinet ont été faites. et pourtant la majorité des gens concernés font la sourde oreille!

Ainsi, pour Guy Berthon, directeur de recherche au laboratoire de chimie bio-inorganique médicale de Toulouse, "cette étude fait froid dans le dos".

Selon lui, "il faut impérativement réévaluer les normes. Actuellement, l'aluminium dans l'eau n'est pas considéré comme un toxique. Mais il faut noter qu'en France, comme en Europe, il est difficile de trouver des financements pour travailler sur le sujet".

Pour sa part, le Prof. Philip Van den Bosch de Aguilar, directeur du laboratoire de biologie cellulaire de l'université de Louvain-la-Neuve en Belgique, juge que "si une population est à risque, comme les personnes âgées, des mesures de protection doivent être décidées. C'est impératif!".

Reste que du côté de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le sujet n'est pas une priorité, et que la Commission Européenne ne semble pas réagir. La France, forte du principe de précaution qu'elle applique dans d'autres domaines tels les OGM ou la maladie de la vache folle, devrait recenser et informer les populations concernées. En un mot, montrer l'exemple en diminuant de moitié son seuil d'aluminium autorisé.

selon un article de Caroline Tourbe (Publiée dans l'American Journal of Epidemiology, vol. 15, dans le cadre de l'étude Paquid (Inserm) sur les personnes âgées et les démences).

QUELQUES QUESTIONS QUI VOUS CONCERNENT TOUS...

Quel est le danger de l'aluminium pour la santé ?
Absorbé dans l'organisme, l'aluminium se fixe en grandes quantités dans les muscles (40%) et les os (40%). Mais c'est surtout son action néfaste sur le cerveau qui est montrée du doigt, même si seul 1% de l'aluminium absorbé vient se concentrer au niveau des cellules nerveuses, principalement sur l'hippocampe et à la base du cortex limbique, deux zones cérébrales impliquées dans les processus de mémorisation.

"La présence d'aluminium augmente la dégénérescence des cellules du cerveau", explique le Pr Philip Van den Bosch de Aguilar. Dans une récente étude (1), son équipe a montré que l'aluminium interférerait dans le métabolisme du glutamate et provoquerait ainsi la nécrose des cellules nerveuses. "Les personnes âgées sont les plus exposées, insiste le chercheur, car les barrières naturelles protectrices s'affaiblissent au fil des années".

Pourquoi l'aluminium est-il particulièrement nocif dans l'eau ?
L'eau potable n'apporte qu'une faible partie, soit environ 5 % de l'aluminium que nous ingérons, le reste provenant majoritairement des aliments. Mais c'est sous cette forme dissoute qu'il est le plus biodisponible. Les ions aluminium entourés de molécules d'eau se fraient plus facilement un chemin à travers la barrière intestinale avant de pénétrer dans le système sanguin. Certains acides, tel l'acide citrique du citron, accroissent d'ailleurs la solubilité de l'aluminium dans l'eau.

D'où vient l'aluminium contenu dans l'eau du robinet ?
La plupart des usines de traitement des eaux captées en surface, dans les rivières ou les barrages, utilisent l'alun (sulfate d'aluminium). Ce produit aide principalement à éliminer microorganismes et particules en suspension dans l'eau en les faisant précipiter. Certaines eaux captées en profondeur, dites karstiques, sont parfois concernées par ce traitement.

À l'arrivée au robinet, le taux maximal d'aluminium ne doit pas excéder 0,2 mg/l; mais certains professionnels du traitement de l'eau s'imposent déjà un seuil de 0, 1 mg/l. A noter, les sulfates de fer peuvent remplacer l'alun, comme dans la région parisienne. Mais leur coût, environ 1,5 fois plus élevé, rebute encore les professionnels.

Jusqu'ici, toutes les mises en garde sont restées lettre morte...
Pourtant l'aluminium est un neurotoxique qui peut être à l'origine de démences dégénératives, de fragilisations osseuses ou d'accidents cardiaques, car il s'accumule dans le cerveau, les os et les muscles. Le nombre de malades d'Alzheimer est proportionnel à la quantité d'aluminium dans l'eau potable.

DANGERS DE L'ALUMINIUM DANS L'EAU...



LE LIEN ENTRE LE FLUOR ET L'ALUMINIUM

Le fluor est un des principaux dérivés de la fabrication de l'aluminium.

Il a fallu rechercher des débouchés lucratifs à ces déchets fluorés. Le lobby industriel et financier a alors financé des études attestant l'innocuité des produits fluoré, et leurs effets bénéfiques à faible dose ont été mis en valeur. Il en a été de même de l'aluminium.

Comment ne pas s'interroger sur la possibilité que la fluorisation généralisée ne soit qu'une forme de contrôle social, de par l'effet sédatif qu'elle engendre.

Les intérêts en jeu dans cette affaire sont énormes, les effets sanitaires et psychiques ne le sont pas moins. Le fait que l'utilisation du fluor et de l'aluminium ne cesse de se développer depuis les années 50, et cela dans l'indifférence générale malgré les nombreux avertissements lancés par des personnes qualifiées en la matière, prouve bien l'efficacité de l'effet annihilant du fluor sur l'esprit critique de tout à chacun.

Le maintient du statu quo grâce à la désinformation sur des sujets aussi importants alimente l'apathie de la masse somnolente, ce qui ne fait que servir les intérêts de ceux qui détiennent le pouvoir,

Aucun commentaire:

Publier un commentaire