mardi 21 juin 2011

CÉLÉBRONS LE SOLSTICE D'ÉTÉ !!!

Aujourd'hui, ce n’est pas seulement l’anniversaire du roi Salomon, c’est aussi le solstice d’été, fête traditionnelle pour les chrétiens qui fête la saint-jean (le 24 juin) et aussi fête païennes (un sabbat) que les wiccans appel « Litha » et qui remontent au premier temps de l’humanité. 
Le solstice un événement astronomique. 

Le solstice est le moment ou le soleil est le plus incliné par rapport à l’axe de rotation de la terre, par opposition l’équinoxe est le moment ou le soleil est dans l’alignement de l’axe de rotation de la terre. Il y a évidemment deux solstice celui d’été et celui d’hivers qui sont inverse suivant qu’on se trouve dans l’hémisphère nord ou dans l’hémisphère sud. Pour nous donc puisque nous sommes dans l’hémisphère nord, le solstice d’été à lieu le 21 juin (et cette année ce sera à 12h26 UT pour être précis). 

En terme astronomique on dit que le soleil atteint ses positions les plus méridionale et septentrionale, aux tropique du Capricorne céleste et tropique du Cancer céleste respectivement. Lors du solstice d’été le jour est le plus long de l’année et lors du solstice d’hivers c’est la nuit qui est la plus longue de l’année (Noël). 

La fête de la Saint-Jean :
Comme a son habitude l’église catholique a repris bon nombre de fête païennes a son compte (Noël par exemple), le solstice d’été ne fait pas défaut a cette règle. La Fête de la Saint-Jean est traditionnellement accompagnée de grands feux ; elle a lieu le 24 juin, date symbolique du solstice d'été. Saint Augustin, dans un sermon précise: "À la naissance du Christ le jour grandit, tandis qu'à la naissance du précurseur (Saint-Jean Baptiste), dernier prophète, il diminue."

Ces feux sont certainement repris des traditions celtique, rites des moissons chez les celtes, ceux-ci avaient en effet l’habitude d'allumer des brasiers sur les sommets, selon Pline l'Ancien, les Romains eux aussi fêtaient le solstice d'été par de grands brasiers. Ce culte du feu associé au solstice d'été se retrouve également en Chine, en Turquie, dans les rites vaudou et chez les Incas.

La pratique de sauter par dessus les braises une fois que le bucher s'est effondrée, viendrait plutôt d'un ancien rite de purification associé à la fête du printemps. 
Cette tradition d’allumer de grands feux de joies existe aussi, au Danemark en Finlande, en Estonie et d’en beaucoup de pays européens...  À noter également que la Saint-Jean Baptiste (24 juin) est la fête nationale des Québécois (le Québec est une province francophone du Canada).

Litha - Solstice d'été
On fête Litha à l'occasion du solstice d'été, le jour de l'année le plus long. Les chrétiens l'ont remplacée par le 24 juin, en l'honneur de Saint Jean-Baptiste, le prédécesseur du Christ.

À cette période de l'année, la nature est luxuriante, les jardins sont remplis de fleurs, et les arbres commencent à se charger de fruits que le soleil de l'été fera mûrir. Il est donc naturel que tout ce qui concerne l'amour et la fertilité soit encouragé. En effet, ce jour est aussi appelé « mariage du Soleil et de la Lune ».

Aujourd'hui encore persiste la mémoire de certains rites du solstice qui sont devenus des fêtes folkloriques. Dans de nombreux pays d'Europe, on allume toujours des feux sur des collines, les gens participent encore à des processions nocturnes en portant des flambeaux, et on fait parfois descendre des roues enflammées le long des pentes.

De même que pour Beltane, on dansait autour des feux et on sautait par-dessus les braises à Litha. Dans les régions celtiques, la fumée servait à purifier et à protéger le bétail, et les cendres étaient dispersées dans les champs pour encourager la fertilité.

Dans les pays de langue anglo-saxonne, de vieilles légendes racontent que l'année était gouvernée par deux anciens rois de la végétation qui étaient en conflit permanent: la première partie de l'année appartenait au roi du Chêne, et la seconde partie au roi du Houx. Le premier représentait l'année grandissante, quand le jour est plus long que la nuit, et le roi du Houx représentait la seconde partie. Et si Yule indiquait la défaite du roi Houx qui était brûlé sur le feu, le roi du Chêne perdait la bataille au moment de Litha. Entre les deux, immobile et pourtant en mouvement, se trouvait la Mère Antique qui renfermait la vie et la mort.

En Écosse, Litha était également le moment crucial d'autres célébrations, qui concernaient l'esprit de l'orge, appelé par certains John Barleycorn. (On fêtait aussi cet esprit à Beltane, pour les semailles, et sa mort à Lughnasadh) On racontait que John revenait entre les hommes après être descendu dans les entrailles de la Terre, qui le faisait renaître au printemps suivant. Un mythe semblable concerne la déesse celtique du blé, qui donnait son nom à la fête.

En Syrie et en Phénicie, Litha donnait lieu à une grande fête en l'honneur de Tammuz, qui commençait la veille au soir. ( « Tammuz » : dieu-pasteur et dieu de la fertilité dans la religion babylonienne, berger-roi uni à Ishtar dans un très ancien rite de mariage sacré.)

À Arrégas (Gard), dans les années 1920, les gens remplissaient encore un sabot avec des braises du feu de la Saint Jean et les jetaient dans les champs pour éloigner les chenilles. On en mettait aussi dans les poulaillers pour faire pondre les poules. Et pour protéger la volaille de tous les maléfices il suffisait de mettre un sou dans le nid et un morceau de pain dans le panier à oeufs. Quabd au renard, une seule méthode pour l'éloigner du poulailler: un morceau de lard suspendu au-dessus des poules ("Poulo dedin, reinal defouro" - "Poule dedans, renard dehors").

Le solstice est la période où les sorcières cueillent les herbes encore baignées de rosée, pour les lier en bouquets et les faire sécher.

Selon la tradition, ces herbes auront un pouvoir immense, car le solstice est leur période balsamique, le moment où leur puissance se concentre le mieux. Un petit bouquet d'herbes composé d'armoise, de sauge, de romarin, de laurier, et de thym est placé sous l'oreiller pour faciliter les rêves prémonitoires. La verveine est tressée en une couronne que l'on fait sécher pour assurer la prospérité à la maison, et le millepertuis est une plante dont le pouvoir se renforce beaucoup en cette saison; on l'appelle aussi chasse-diables et elle sert à protéger et à éloigner les tracas et les présences désagréables.

Lorsque c'est possible, on peut cueillir du gui que l'on fera sécher, et que l'on emploiera ensuite soit au cours des rituels, soit comme talisman. Il est désormais assez difficile de trouver du gui à l'état naturel, mais il fut un temps où les druides partaient en forêt en couper avec une serpe, tout en chantant des invocations et des bénédictions.

Litha une fête paienne...
"Litha" est le nom que le wiccan donnent à ce sabbat, "Litha" est un ancien terme germanique signifiant "été". Cette fête est célébrer aussi par des mouvements néo-paganistes, c’est une des huit fêtes solaires traditionnel. Cette fête est opposé à "Yule" (dans la calendrier wiccan) est aussi parfois assimilée à "Beltane" (sabbat du 1er mai, Beltane veut dire « mois de mai » en Gaélique). C’est la fête de la renaissance et de la fertilité. 

Les wiccans disent aussi que le voile entre les deux mondes est aussi mince qu'à Samhain (autre sabbat correspondant à Halloween), ainsi on peut rencontrer les représentants du "Petit Peuple" (elfes et fées), et les esprits des morts peuvent plus facilement traverser la frontière. Les portes entre nos deux mondes sont ouvertes et les esprits peuvent voyager librement entre les deux... (alors faite attention!)

Cette période est propice à la magie (surtout amour, guérison, protection...), le pouvoir à ce moment est intense, car la nature est à l’apogée de sa puissance. Traditionnellement on récolte les herbes magiques qui seront utilisées pour les potions, les philtres et les charmes, car ceux préparés a cette occasion possèdent une force et des pouvoirs accrus. C’est également une occasion pour couper les branches d’arbres utiliser pour façonner les baguettes magiques. 

Les Païens utilisent un chaudron entouré de guirlandes de fleurs, rempli d'eau ou de fleurs fraîches. Ils plongent une épée, un athamé ou une baguette dans un chaudron ou dans une coupe, symbolisant la procréation (la coupe élément féminin/eau symbolise la compassion et est opposé a la baguette élément masculin/eau qui symbolise la volonté) cela symbolise le faite que, la terre (au sens large et non symbolique) nage dans la fertilité de la Déesse et du Dieu. C’est un rituel de fertilité, au même titre que les feux de la saint-jean qui symbolise le soleil et sa victoire sur la nuit. 

Cette tradition de fête de la fertilité existe encore sous certaines forme en suède et en France, on dit en effet que la jeune filles qui coupe neufs fleurs et les posent sous son oreiller rêveras de son futur maris (en suède). 

Chez les celtes, les druides cueillaient du Gui, car à cette période de l'année, il n'avait pas encore de baie. On détruisait en ce même jour les anciens talismans qui avaient perdu leur efficacité en les jetant dans les feux sacrés. On répandait ensuite les cendres sur la terre, encore une fois un symbole de renaissance et de fertilité. 

Traditionnellement en magie c’est le moment pour se débarrasser quelque chose de gênant qui freine votre épanouissement afin de le jeter dans le feu (par exemple un petit papier a jeter dans le feu, avec un défaut écrit dessus, ou une représentation symbolique). 

Car le solstice d'été correspondant au zénith du premier cycle (on considère en magie que l'année comprend un cycle dit matériel qui commence à l’équinoxe de printemps et un cycle spirituel qui commence à l'équinoxe d'automne), lors du solstice d'été donc les énergies en activités sont orientés vers des résultats d'ordre matériel. 

Rituel du Solstice :
Méditez sur la nature, sur ses bienfaits, ses merveilles, ses innombrables dons, et cherchez à ressentir les puissances de la nature qui circulent en vous!

N'oubliez pas de remercier la Terre, notre « Mère nourricière », et le Soleil, qui assure lumière, chaleur et fertilité à tout ce qui vie sur notre planète!

Repas Festifs :
Cette fête joyeuse dédiée au Soleil, souligne donc également l'abondance de la nature: les fruits y sont mis à l'honneur. Tous les produits de la terre sont également présent sur la table, des produits frais et de saison...
C'est le moment idéal pour rendre hommage à Dionysos, ou faire un petit clin d’œil à ce rituel que pratiquaient nos ancêtres; le vin et l'hydromel tiendront donc une place importante dans ce repas rituel...
Proposez barbecue et grillades, mets flambés, salade de légumes frais, salade de pommes de terre, de pâtes ou de riz, salade de fruits frais, tarte aux fraises ou aux framboises, pain aux raisins, gâteau à la crème et aux fruits...

Quelque soit le rituel que vous prévoyez pour la période du solstice d'été, célébrez à votre manière cette belle saison pleine de lumière,. Réjouissez-vous de tout ce que vous offre les merveilles de la nature!

Nous vous souhaitons un bel été!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire